watchman

Je ne serai pas longue parce que ce livre ne m'a pas du tout inspirée. Je comprends que des gens aient souhaité être remboursés. Moi, je l'ai emprunté à la bibliothèque, alors il ne m'a coûté que le temps de le lire. On retrouve bien les personnages de To Kill a Mockingbird. Scout a grandi (on l'appelle Jean Louise maintenant), son père a vieilli et Calpurnia ne travaille plus pour lui. Comme dans To Kill a Mockingbird, les noirs ne servent que de prétexte : ici, à l'exposé de théories et de justifications toutes plus imbéciles les unes que les autres. Dans To Kill a Mockingbird, le discours d'Atticus sur le racisme et la ségrégation était édulcoré (et c'est pour cela que le livre ne m'avait pas du tout convaincue). Ici, il ne l'est plus du tout. Il semble bizarre que Jean Louise ne se soit rendu compte de rien.

J'ai tout de même aimé les passages où Jean Louise se remémore son enfance, son attitude lorsqu'elle refuse de se satisfaire du rôle réservé à la femme dans la ville de Maycomb et lorsqu'elle apprend que son père participe aux réunions du Citizen Council (un groupe d'hommes qui s'opposent à la déségrégation). Pour le reste, elle se laisse embobiner un peu trop facilement. Il est vrai que la ségrégation n'est pas un fardeau pour elle.

Si vous avez envie de le lire...

Titre français : Va et poste une sentinelle. Traduit par Pierre Demarty.