X

Je n'ai toujours pas lu The Autobiography of Malcom X: As Told to Alex Haley, que j'avais acheté à la FNAC juste après avoir vu X de Spike Lee (24 ans déjà). Apparemment, je n'avais pas besoin d'en apprendre plus sur lui. Mais quand j'ai vu la couverture de X, je me suis dit qu'il fallait absolument que je le lise. Ilyasah Shabazz, troisième fille de Malcom X, a déjà écrit deux autres livres : un livre racontant l'enfance de son père (Malcom Little: The Boy Who Grew Up to Become Malcolm X, dont la couverture est absolument craquante) et Growing Up X, où elle parle de son enfance et de son adolescence, et de celles de ses sœurs. Je les lirai peut-être un jour.

Dans X, elle s'attache à l'adolescence de Malcolm : les années à Lansing après le meurtre de son père, son départ pour Boston, ses années à Harlem, son retour à Boston, jusqu'à son emprisonnement pour cambriolages et sa conversion à l'Islam. A la fin du livre figurent quelques remarques sur les personnages (fictifs, composites, personnes réelles dont le nom a été changé), une chronologie de la vie de Malcolm X et un arbre généalogique, une description du contexte historique par décennie et une bibliographie.

Ce qui ressort avant tout de ce roman biographique, c'est le manque que ressent Malcolm de la perte de son père. Il se remémore sans cesse les paroles de celui-ci et a l'impression qu'il ne s'agissait que de mensonges. Son père répète à Malcolm qu'il deviendra quelqu'un d'important, mais Malcolm est persuadé que tout est joué d'avance quand tu es noir et qu'il ne parviendra jamais à rien. Il en est encore plus convaincu quand son professeur (dans une école essentiellement blanche) se moque de lui lorsqu'il lui dit vouloir devenir avocat et lui fait comprendre qu'un n... (oui, M. Ostrowski emploie le mot) doit se contenter de professions subalternes. Quand Malcolm répond qu'il est pourtant premier de la classe (et accessoirement président des élèves), il lui répond : "This is the real world, boy. (...). Be as good as you want in the classroom, but out those doors, you're just a n-----.". Ces mots vont le hanter et Malcolm n'essaiera même plus.

Lorsqu'il arrive à Boston où sa demi-sœur l'a invité, il est tout de suite attiré par le quartier des bars et des boîtes de Roxbury. Le quartier où vit sa sœur, Sugar Hill, est trop propre et trop rangé pour lui. Il refuse la vie que sa sœur envisage pour lui. Il trouve rapidement un travail : cireur de chaussures dans une des boîtes de Roxbury où il offre des services divers et variés. Il s'achète un zoot suit (à crédit) et se fait défriser les cheveux avec une préparation appelée congolene, à base de soude caustique, pour obtenir une coiffure appelée conk (je me souviens très bien de la scène dans le film X). Il a même une petite amie blanche. Voilà à quoi se limite la vraie réussite pour lui. Ses frères et sœurs restés dans le Michigan s'inquiètent du fait qu'il est en train de mal tourner. Quand il retourne les voir, il comprend qu'ils n'ont plus rien en commun et surtout que son mode de vie ne les impressionne pas du tout, car il va totalement à l'encontre de ce que leurs parents leur ont enseigné. A son retour sur la côte Est, Malcolm continue sur sa mauvaise pente.

Même s'il est presque difficile de voir en cette petite frappe le futur activiste, son histoire est vraiment poignante. Alors qu'il a pratiquement renoncé, sa famille, elle, ne perd pas espoir et l'encourage sans relâche.

Je recommande ce livre qui présente bien les "débuts" du futur Malcolm X, sans misérabilisme, mais sans idéalisation non plus. Il nous rappelle également que le Sud des Etats-Unis n'avait pas le monopole en matière d'atrocités contre les noirs.

http://www.ilyasahshabazz.com/?mbt_book=x-a-novel

http://keklamagoon.com/books/x-a-novel/