homeg

Une autre saga familiale qui se déroule, cette fois, entre le Ghana et les Etats-Unis. Yaa Gyasi nous raconte la vie de deux demi-sœurs qui ne se connaissent pas : Effia et ses descendants retracent l'histoire du Ghana, et nous suivons Esi et les siens aux Etats-Unis. Effia est mariée (pour ne pas dire vendue) contre son gré à James Collins, le gouverneur de Cape Coast Castle où elle vit dans le luxe, sans savoir que sous ses pieds, Esi est « entreposée » avec d'autres femmes en attendant le bateau qui les emmènera en Amérique pour être vendues.

Le prénom de chaque descendant sert de titre aux chapitres, en alternant descendant d'Effia et descendant d'Esi. Au lieu de résumer le roman, je vais indiquer les moments qui m'ont le plus marquée.

Dans le chapitre consacré à Esi, l'image qui m'a le plus choquée est celle des femmes entassées, empilées dans le sous-sol de Cape Coast Castle. H, un de ses descendants, condamné après avoir regardé une femme blanche, est loué pendant dix ans à une mine de charbon en Alabama. Une fois sa peine purgée, il est embauché, comme beaucoup d'anciens condamnés blancs et noirs, dans cette même mine. Maintenant ils sont payés et ne risquent plus la mort (par coups de fouet) si leur quota n'est pas rempli. C'est le chapitre que j'ai préféré, avec le dernier. Même si la fin est un peu prévisible, j'ai pensé à cette scène de All God's Children Need Traveling Shoes où Maya Angelou est "reconnue" par une femme qui lui dit qu'elle est Bambara. C'est vrai que ça me fait toujours quelque chose lorsque je rencontre des Africains et qu'ils me disent : Ton nom est de tel pays ou Tu ressembles aux gens de tel pays. Je ne sais pas quoi répondre puisque j'ignore d'où venaient mes ancêtres africains.

Roman magnifique même si je ne suis pas d'accord avec certains points de vue de l'auteure et que certains passages un peu trop fantastiques m'ont un peu excédée. A lire absolument.

Two half-sisters, Effia and Esi, are born into different villages in eighteenth-century Ghana. Effia is married off to an Englishman and lives in comfort in the palatial rooms of Cape Coast Castle. Unbeknownst to Effia, her sister, Esi, is imprisoned beneath her in the castle’s dungeons, sold with thousands of others into the Gold Coast’s booming slave trade, and shipped off to America, where her children and grandchildren will be raised in slavery. One thread of Homegoing follows Effia’s descendants through centuries of warfare in Ghana, as the Fante and Asante nations wrestle with the slave trade and British colonization. The other thread follows Esi and her children into America. From the plantations of the South to the Civil War and the Great Migration, from the coal mines of Pratt City, Alabama, to the jazz clubs and dope houses of twentieth-century Harlem, right up through the present day,Homegoing makes history visceral, and captures, with singular and stunning immediacy, how the memory of captivity came to be inscribed in the soul of a nation.

http://www.penguinrandomhouse.com/books/533857/homegoing-by-yaa-gyasi/9781101947135/

Un article de Yaa Gyasi dans le New York Times :

http://www.nytimes.com/2016/06/19/opinion/sunday/im-ghanaian-american-am-i-black.html?_r=0