sermon

Professeur à l'université de Georgetown, analyste politique, pasteur, auteur, Michael Eric Dyson est partout. Même si c'est le premier livre que je lis de lui, je le connaissais déjà pour l'avoir vu à la télé. Dans cet essai, présenté sous forme de sermon, il explique aux Américains blancs pourquoi la victoire de Tr... n'était pas une surprise pour tout le monde. Il leur demande franchement s'ils préfèrent continuer d'ignorer le problème et faire comme si le racisme n'existe plus. A l'aide d'exemples personnels, il raconte le quotidien des Noirs, les "rencontres" avec la police et la peur de ne pas y survivre physiquement (moralement, c'est une autre histoire). Il dit les effets de voir son humanité constamment niée, et les petites victoires qui n'effacent pas tout mais qui font du bien.

Evidemment, je ne suis pas d'accord avec tous les points qu'il soulève, notamment celui des Noirs non étatsuniens, d'Afrique ou des Caraïbes (il oublie ceux qui sont nés en Europe). Dans certains cas, j'ai même trouvé qu'il forçait un peu le trait. Mais nous n'avons pas tout à fait la même expérience, je ne m'étendrai donc pas.

Le chapitre qui m'a le plus touchée est celui sur le mot nigger. Je dois que j'avais un a priori sur le sujet, mais la façon dont il le traite est remarquable. Je ne supporte toujours pas le mot (ni son équivalent français d'ailleurs), mais ça m'a fait du bien de lire ce chapitre.

Ce livre m'a évidemment rappelé l'essai de Ta-Nehisi Coates. Il reprend d'ailleurs certaines idées. Mais finalement, j'ai trouvé le sermon de Michael Eric Dyson plus fort. J'ai aimé la bibliographie et les suggestions qu'il offre à la fin du livre. Et ses illustrations par le rap sont formidables. Moi qui n'écoute pas tellement cette musique, je comprends mieux ses motivations.

Je vais m'arrêter en recommandant absolument la lecture de ce livre.

http://michaelericdyson.com/#currently

Short, emotional, literary, powerful―Tears We Cannot Stop is the book that all Americans who care about the current and long-burning crisis in race relations will want to read.

As the country grapples with racist division at a level not seen since the 1960s, one man's voice soars above the rest with conviction and compassion. In his 2016 New York Times op-ed piece "Death in Black and White," Michael Eric Dyson moved a nation. Now he continues to speak out in Tears We Cannot Stop―a provocative and deeply personal call for change. Dyson argues that if we are to make real racial progress we must face difficult truths, including being honest about how black grievance has been ignored, dismissed, or discounted.

"The time is at hand for reckoning with the past, recognizing the truth of the present, and moving together to redeem the nation for our future. If we don't act now, if you don't address race immediately, there very well may be no future."