Samedi 17, 8h piles, nous arrivons devant l'école internationale pour voter en ce deuxième tour d'élections législatives. Il y a un couple devant nous lorsque nous prenons le "chemin" pour nous rendre au bureau de vote. Quand nous arrivons, les délégués sont debout et pas aux deux tables de vote. Un homme nous annonce qu'il y a un souci technique (j'ai presque fait demi-tour) et qu'il faut attendre un peu. Une femme le rejoint et nous dit qu'il y a un souci avec les enveloppes (retenez-moi !). Quelqu'un a fait le ménage (l'école ferme pour l'été) et a jeté les enveloppes du premier tour et il n'y a donc plus d'enveloppes officielles. Le représentant du consulat va aller acheter des enveloppes au supermarché. Un des bénévoles l'accompagne (aucun des deux ne connaît le quartier. Heureusement, la garde leur indique le supermarché le plus proche.). Ils partent. Nous commençons à discuter avec les bénévoles présents. La femme est traductrice (dans le cinéma) et nous raconte son parcours. L'homme est réalisateur. Quand nous lui disons que nous ne sommes plus fans de cinéma, il nous demande pourquoi. Les acteurs sont trop payés. Il nous répond qu'il est d'accord, mais qu'il n'y a pas qu'Hollywood. Et nous parle des cinémas d'art et d'essai de Denver. Nous les connaissons tous sauf un (nous étions très cinémas d'art et d'essai à notre arrivée à Denver, comme nous l'étions d'ailleurs à Cambrai et à Paris). D'autres personnes arrivent ; parmi elles, j'aperçois un visage familier. Je demande confirmation à ma sœur. Je n'ai jamais rencontré cette personne, mais je sais qu'elle est traductrice et il me semble avoir vu sa photo sur Internet (mais je ne sais plus dans le cadre de quoi). Evidemment, je n'ose pas lui demander. La bénévole qui était repartie à la recherche des enveloppes au sous-sol revient et se met à discuter avec la traductrice. La bénévole se tourne vers nous pour nous dire qu'elles ont fait LEA toutes les deux à Bordeaux et nous donne son prénom. Là, je demande si elle est de Boulder. Oui. Votre nom de famille, c'est bien xxx ? Oui, mais comment le savez-vous ? Je lui demande si elle connaît yyy ? Oui. La femme qui l'accompagnait me dit : Moi aussi. Tout le monde connaît yyy. Moi : Je travaillais à Denver avec yyy et avec zzz, que vous devez connaître aussi. Oui. Evidemment, elles sont surprises de ne pas nous connaître ma sœur et moi, mais il faut dire que nous évitons les conférences de traducteurs et ne sommes pas très actives dans la communauté. C'est certainement un tort, mais que voulez-vous ?

Et nos enveloppes, me direz-vous ? Le représentant du consulat a pris une photo du paquet qu'il a acheté et l'a envoyée au consulat pour demander l'approbation. Le consulat a dit que c'était d'accord mais qu'il fallait demander l'approbation du Conseil d'État. Heureusement, il n'était pas encore 17h en France. Ma sœur et moi avions décidé de repartir à 9 h 30 si la situation n'évoluait pas. Finalement, l'approbation a été donnée vers 9h20. J'ai été la première à voter, ma sœur la deuxième. C'était bien la peine d'arriver aussi tôt. Enfin, nous aurons au moins rencontré des collègues.