OnTheComeUp

Même si j'attendais avec impatience la sortie du deuxième livre d'Angie Thomas, je l'appréhendais un peu. Et s'il n'était pas aussi bon que The Hate U Give (que j'avais adoré) ? Et c'est toujours difficile de faire aussi bien que le premier. Et bien là, pas de problème. Si j'ai préféré l'héroïne du premier livre, dans l'ensemble, j'ai trouvé l'histoire d'On the Come Up plus intéressante. Pourtant, ce n'était pas gagné car je ne suis pas franchement fan de hip-hop (à part quelques titres), le thème central du roman. Ce qui n'est pas le cas d'Angie Thomas qui est elle-même rappeuse. Elle maîtrise donc parfaitement son sujet et ça se voit. Elle a même écrit quelques rimes pour le roman.

Bri Jackson a 16 ans. Son père, rappeur underground, a été abattu par un gang rival. Bri s'exprime grâce au rap et souhaite décrocher un contrat avec une maison de disques pour aider sa famille (sa mère et son frère) qui se débat dans les difficultés financières et quitter le quartier (celui où se déroulait l'action du premier roman). Sa mère, qui avait sombré dans la drogue après la mort de son mari et avait dû confier ses enfants à ses beaux-parents pour suivre une cure de désintoxication, vient de perdre son emploi de secrétaire de leur église. Son frère travaille dans une pizzeria malgré son diplôme universitaire et a dû renoncer pour le moment à poursuivre un deuxième cycle. Bri est soutenue par la sœur de sa mère, Aunt Pooh, qui fait partie d'un gang et vend de la drogue. C'est elle qui permet à Bri de participer à son premier battle, où elle affronte le fils de l'ancien manager de son père. Par ailleurs, Bri fréquente un lycée des arts qui a accepté à contrecœur d'ouvrir ses portes à des « jeunes des quartiers » pour obtenir des crédits. On fait bien sentir à ces élèves qu'ils ne sont pas les bienvenus : fouille appuyée par les gardes à l'entrée, punitions pour des « infractions » mineures.

Si j'ai finalement préféré On the Come Up (pas de beaucoup), j'ai été un peu rebutée au début par Bri et son mauvais caractère qui lui attire bien des ennuis (parfois très graves). Mais elle devient attachante avec son obstination et son opiniâtreté, et même comique quand elle se rend compte qu'elle tombe amoureuse d'un garçon qu'elle trouvait « plutôt nul avant ».

Comme pour The Hate U Give, Angie Thomas s'est inspirée de son expérience pour écrire un roman authentique, avec de vrais personnages (la tension entre la mère et la grand-mère de Bri est parfaitement exprimée), qui rend un bel hommage au hip-hop.

À lire absolument.

Site de l'auteure : https://angiethomas.com/

Black-History-Month-2017-Image

On the Come Up est en tête de la liste des meilleures ventes YA du New York Times, détrônant ainsi The Hate U Give.