SplitTooth

Une autrice du Nunavut ? Vous pensez bien que je n'allais pas rater l'occasion de « découvrir » le territoire fédéral le plus récent du Canada dont j'avais appris l'existence à l'occasion d'une traduction. Et puis il y a eu le scandale du cœur de phoque que Michaëlle Jean avait mangé cru par solidarité envers les chasseurs du Nunavut. Et c'est tout ce que j'avais entendu à propos du Nunavut. J'ai lu ensuite que Tanya Tagaq était une chanteuse de gorge inuit réputée. La couverture du livre était plutôt belle, bien que très sobre ; la tranche du livre, elle, est rouge. Le résumé de l'éditeur m'avait plu : une fille qui grandit dans le Nunavut dans les années 70.

Hélas ! J'ai aimé les parties réelles, les anecdotes de la vie de famille , de l'école, entre les enfants. La vie est rude là-haut, et l'alcoolisme et la violence font des ravages. Même les poèmes ne m'ont pas gênée, moi qui suis pourtant réfractaire à la poésie. En revanche, j'ai souffert (comme toujours) pendant les parties oniriques et « spirituelles ». Je concède que le livre est original et que je n'ai certainement jamais lu un tel livre. Mais ce n'est pas du tout mon genre. Oui, j'ai appris des choses sur la vie au Nunavut. Mais l'autrice m'a laissée sur place quand elle décrivait les rêves ou les hallucinations de l'héroïne. Il y a deux ou trois scènes de sexe dans le roman, ce qui n'est pas choquant en soi. Mais l'une d'entre elles est particulièrement répugnante et n'apportait rien au récit (enfin, peut-être que si et c'est moi qui ait mal compris).

Donc, oui, pour en savoir plus sur le Nunavut. Mais non, si comme moi, vous n'êtes pas fan de mythologie et de surnaturel.

J'ai quand même aimé, mais au prix de quelle souffrance !

Le site de Tanya Tagaq : http://tanyatagaq.com/