NickelBoys

En voyant le sujet du dernier roman de Colson Whitehead, je savais qu'il m'intéresserait. Mais je ne m'attendais pas à l'aimer autant.

Elwood Curtis vit avec sa grand-mère à Tallahassee au début des années 60. Ses parents l'ont « abandonné » pour aller tenter leur chance en Californie. Elwood est un jeune homme intransigeant (sa grand-mère est très sévère) et un élève brillant. Par un triste (inexorable ?) concours de circonstances, il est envoyé dans une maison de redressement, la Nickel Academy, qui est censée remettre sur le droit chemin les garçons qui y sont envoyés (pas toujours pour des actes de délinquance). Sévices corporels, abus sexuels, travaux forcés, assassinats : la mission sociale de la Nickel Academy a depuis longtemps été oubliée (si elle a jamais existé). Elwood cherche un moyen de s'échapper. Quelques années après la fermeture de l'école, une étudiante en archéologie déterre des os humains sur le site et une enquête commence.

The Nickel Boys est basé sur des faits réels. La Nickel Academy est inspirée de la Dozier School for Boys en Floride, ouverte de 1900 à 2011, où des tombes  anonymes ont été découvertes. Dans le livre, un des protagonistes déplore que personne n'avait voulu croire les « détenus » quand ils avaient dénoncé les mauvais traitements subis. Colson Whitehead a situé l'action pendant le mouvement pour les droits civiques (il y a un dortoir pour les blancs et un pour les noirs) et Elwood est un fervent admirateur de Martin Luther King Jr et des manifestations non-violentes (même si certains aspects le laissent perplexe). Si tous les garçons ont droit aux mêmes mauvais traitements, les blancs voient leurs conditions de vie s'améliorer après différentes inspections (notamment pour ce qui relève de la nourriture et du matériel scolaire), note « avec humour » Elwood.

J'ai eu parfois l'impression de lire un récit sur les pensionnats indiens, tant la Nickel Academy leur ressemble par les mauvais traitements subis par les enfants, les injustices, l'incompétence et le sadisme du personnel. Colson Whitehead nous donne ici un roman poignant et extraordinaire, et en Elwood, un personnage inébranlable et déterminé, qui ne dévie jamais de son objectif, mais pas au prix de laisser les injustices impunies. C'est le troisième roman que je lis de l'auteur et il est lui aussi très différent des autres. Quel talent ! Un petit reproche quand même : le roman est trop court.

À lire absolument.

Le site de l'auteur : https://www.colsonwhitehead.com/