Sous la grêle osée

07 février 2016

Super Bowl 50

super-bowl-50-logo

Notez qu'on évite le chiffre romain cette année.

Je ne sais pas pourquoi j'avais oublié d'en parler. Pourtant, au supermarché tout le monde était habillé en orange, on vendait les cookies aux couleurs des Broncos. Les voitures dans la rue avaient leurs fanions ou drapeaux. Les panneaux d'affichage à DIA alternaient bleu et orange.

9news DIA

9news

Après la défaite cuisante d'il y a deux ans, les Broncos étaient de nouveau en finale du Super Bowl. Ils affrontaient les Carolina Panthers.

panthers-vs-broncos

Et ils ont gagné 24 à 10. (Et on entend les pétards de chez nous.)

Posté par Jackie Brown à 21:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 février 2016

China Rich Girlfriend (Kevin Kwan)

china

La suite des aventures de ces enfants gâtés pourris dont les parents sont richissimes, et d'autres gâtés mais pas pourris dont les parents sont richissimes (mais qui n'hésitent pas à utiliser les ressources mises à leur disposition. Faut pas pousser quand même). A bord de jets privés (on prend ton avion ou le mien ?), ils vont faire du shopping à Paris, vont dans un spa sur une île privée, font des allers-retours entre Shanghai, la Californie, Hong-Kong et Singapour. Oui, cette fois-ci, la Chine continentale est incluse. L'histoire commence deux ans après Crazy Rich Asians, et nous avons droit à de nouveaux personnages, en particulier Colette, une jeune femme qui dépense allégrement l'argent de papa (qui attend en fait une contrepartie), et dont le compte Instagram a des millions d'abonnés et nécessite une équipe. Chacun de ses mouvements, chaque plat qu'elle mange, chaque vêtement qu'elle porte fait l'objet d'une photo. Nous rencontrons aussi Corinna, une consultante en image, qui aide les Chinois continentaux (des nouveaux riches quoi) à intégrer la haute société de Hong Kong. (Elle offre d'ailleurs une bibliographie intéressante à une de ses clientes. Je n'ai pas pu la noter car le livre a disparu très vite de mon Kindle.)

On retrouve ici toutes les extravagances du premier roman et l'humour de Kevin Kwan. Ses notes sont hilarantes. J'ai particulièrement aimé ce qui suit :

INSEAD

Tout aussi réussi que le premier, alors j'attends le troisième avec impatience.

On the eve of her wedding to Nicholas Young, heir to one of the greatest fortunes in Asia, Rachel should be over the moon. She has a flawless Asscher-cut diamond from JAR, a wedding dress she loves more than anything found in the salons of Paris, and a fiancé willing to sacrifice his entire inheritance in order to marry her. But Rachel still mourns the fact that her birthfather, a man she never knew, won't be able to walk her down the aisle. Until: a shocking revelation draws Rachel into a world of Shanghai splendor beyond anything she has ever imagined. Here we meet Carlton, a Ferrari-crashing bad boy known for Prince Harry-like antics; Colette, a celebrity girlfriend chased by fevered paparazzi; and the man Rachel has spent her entire life waiting to meet: her father. Meanwhile, Singapore's It Girl, Astrid Leong, is shocked to discover that there is a downside to having a newly minted tech billionaire husband. A romp through Asia's most exclusive clubs, auction houses, and estates, China Rich Girlfriend brings us into the elite circles of Mainland China, introducing a captivating cast of characters, and offering an inside glimpse at what it's like to be gloriously, crazily, China-rich.

Posté par Jackie Brown à 12:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 février 2016

Boogie Wonderland (Earth, Wind & Fire)

Je reposte cette chanson (le lien précédent est rompu) en hommage à Maurice White décédé hier. C'est lui qui chantait ma chanson préférée. Au revoir M. White.

Posté par Jackie Brown à 09:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 février 2016

Football (Jean-Philippe Toussaint)

Football

Il est magnifique ton livre, Jean-Philippe. Magnifique ! Je ne suis pas un intellectuel (je suis certaine que tu parlais d'hommes, Jean-Philippe) et je ne suis pas un amateur de foot (je suis certaine que tu parlais d'hommes, Jean-Philippe). Je suis certainement personne et j'ai aimé ton livre, Jean-Philippe. Faut être un mec pour avoir des idées pareilles sur le foot.

Dès les premières lignes, je savais que j'allais aimer ton livre. J'étais émue en lisant ce qui suit.

Les yeux fermés, quel que soit mon âge et ma condition physique, je suis l’attaquant vedette qui marque le but de la victoire ou le gardien de but qui s’élance au ralenti dans l’éther pour faire un arrêt décisif. J’ai marqué, enfant, des buts stupéfiants (dans mon for intérieur, oui, bon). Les bras que je lève au ciel, alors, dans le salon désert de mes parents, participent autant du rituel et de la fête que le but proprement dit que je viens de marquer. Ce sont les célébrations, les congratulations, l’agenouillement sur la pelouse, les coéquipiers qui se jettent sur moi et m’entourent, m’étreignent, m’oignent et m’encensent, que je savoure le plus, non pas l’action elle-même, c’est mon triomphe narcissique qui m’apporte la jouissance, et nullement le fait que cela puisse un jour se produire dans le réel, qu’un jour, moi-même, je pourrai contrôler merveilleusement un ballon du pied, pour, avec sang-froid, avec maîtrise, avec adresse, dans un stade réel, face à des adversaires réels, sur une pelouse réelle, le propulser d’une frappe très pure de vingt-cinq mètres dans la lucarne du but adverse, malgré la parade désespérée d’un gardien de but inexorablement dans le vent.

Je n'ai jamais joué au foot. Bon, j'ai essayé. Quand j'ai compris que ce n'était pas aussi facile de taper dans un ballon en courant, je n'ai pas insisté. Mais j'ai réussi à écœurer un abruti de ma classe qui ne pouvait pas admettre que je m'intéresse au foot. Il a tenté vainement de me marquer des buts pendant un quart d'heure. Je n'aurais pas autant brillé si j'avais eu Platini en face de moi. Mais son vocabulaire s'est enrichi à mesure que sa frustration montait. T'as raison, Jean-Philippe, les intellectuels ne s'intéressent pas au football. (J'ajoute que l'abruti a redoublé à la fin de l'année.)

Jean-Philippe Toussaint a eu la chance d'assister à plusieurs matches de Coupe de Monde. J'aurais aimé comme lui pouvoir organiser des conférences au moment du tournoi, dans le pays organisateur. Il nous offre ainsi un magnifique compte-rendu sur sa visite au Japon en 2002. Japon et football, c'est pour moi ça. J'ai recherché les images sur YouTube des matches dont il parle. Japon-Belgique avec les commentaires en japonais. Le rêve.

Il ne se souvient pas du capitaine qui a soulevé la coupe en 2006. J'ai dû vérifier aussi. Mouais... Cannavaro. Il était mignon. Comme moi, il évite la Coupe du Monde qui s'est déroulée en Afrique du Sud. Pas pour les mêmes raisons évidemment. J'ai renoué avec la Coupe du Monde en 2014, mais je me suis contentée des matches de l'équipe de France, et des résumés pour les autres rencontres. Est-ce que le football me lasse un peu comme Jean-Philippe ? J'ai suivi tous les matches en 1982 et presque tous en 1986 (j'étais à la fac et je n'avais la télé dans mon studio). En 1990 et en 1994, j'étais moins assidue. Nous n'étions pas qualifiés.

Et puis j'ai totalement craqué quand il tente de suivre la dernière Coupe du Monde et s'abonne à un service de streaming pour voir les matches alors qu'il s'était juré de se consacrer exclusivement à la littérature. Quand il perd la connexion lors de la séance de tirs au but en demi-finale, il cherche un poste de radio. Quand l'électricité est coupée, il cherche un transistor à piles. Magnifique !

Cette histoire de matches à la radio m'a rappelé l'époque où je suivais le championnat de France avec les multiplex de France Inter ou d'Europe1. Toute une époque.

Jean-Philippe Toussaint est plus intéressant que moi quand il parle de football. Et même je suis un peu déçue quand il dit que ce sport est vulgaire et qu'il a presque honte d'être aussi passionné, j'ai vraiment aimé Football.

Et encore un billet bien brouillon, mais je suis tellement enthousiaste que ça part dans tous les sens.

http://www.leseditionsdeminuit.fr/images/3/extrait_3156.pdf

Jamais, comme pendant la Coupe du monde au Japon en 2002, je n'ai éprouvé une aussi parfaite concordance des temps, où le temps du football, rassurant et abstrait, s'était, pendant un mois, non pas substitué, mais glissé, fondu dans la gangue plus vaste du temps véritable. C'est peut-être là l'enjeu secret de ces lignes, essayer de transformer le football, sa matière vulgaire, grossière et périssable, en une forme immuable, liée aux saisons, à la mélancolie, au temps et à l'enfance.

Posté par Jackie Brown à 10:08 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 janvier 2016

La place (Annie Ernaux)

 place

C'est dans le livre de français de la fille de ma cousine que j'ai lu un extrait de La place. Ca parlait d'études et de lecture. Tout pour me plaire. Par chance, Annie Ernaux semble être appréciée par les universités du Colorado (et pas uniquement en traduction). J'ai réservé La place et je l'ai lu.

Si j'ai aimé l'évocation de la France "paysanne et ouvrière" du milieu du XXe siècle, la froideur de la narratrice m'a mise mal à l'aise. Pourtant il s'agit d'un livre sur son père qu'elle aime beaucoup. Et même si c'est voulu pour symboliser la distance qui s'est créée entre ce père et elle depuis qu'elle "fait des études", ça m'a choquée. Et quand elle parle de son mari, l'arrogance de celui-ci m'a achevée.

Je n'ai vraiment rien à dire de plus sur ce court roman autobiographique.

 

Il n'est jamais entré dans un musée, il ne lisait que Paris-Normandie et se servait toujours de son Opinel pour manger. Ouvrier devenu petit commerçant, il espérait que sa fille, grâce aux études, serait mieux que lui.

Cette fille, Annie Ernaux, refuse l'oubli des origines. Elle retrace la vie et la mort de celui qui avait conquis sa petite «place au soleil». Et dévoile aussi la distance, douloureuse, survenue entre elle, étudiante, et ce père aimé qui lui disait : «Les livres, la musique, c'est bon pour toi. Moi, je n'en ai pas besoin pour vivre.»

Ce récit dépouillé possède une dimension universelle.

Posté par Jackie Brown à 08:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


30 janvier 2016

Elle a des fans ici aussi

 

France 24 - Former French minister Taubira delights New York fans

Video by Jessica LE MASURIER Text by FRANCE 24 Follow france24_en on twitter Latest update : 2016-01-30 An icon of the left, Taubira resigned on Wednesday in protest over plans to strip dual nationals of French citizenship if convicted of terrorism. Her official meetings in the US were cancelled following her resignation.

http://www.france24.com

Et aujourd'hui, elle reçoit un doctorat honorifique de l'université du Wisconsin à Milwaukee.

Posté par Jackie Brown à 10:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 janvier 2016

Wonderful Life (Black)

Je ne connaissais qu'une chanson de Black. Mais j'ai dû la chanter une centaine de fois. Elle est toujours aussi superbe.

Posté par Jackie Brown à 08:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
27 janvier 2016

Alice's Adventures in Wonderland (Lewis Carroll)

Alice

Il y a des livres qu'il ne faudrait pas lire après un certain âge. C'est ce que je me suis dit en lisant Alice's Adventures in Wonderland. J'ai ce livre depuis des années, mais je ne l'avais jamais ouvert. Je n'ai pas poursuivi avec Through the Looking-Glass, and What Alice Found There, mais je pense que je le lirai un jour. Pas tout de suite.

Revenons à Alice. Evidemment, je connaissais plus ou moins l'histoire (même si je n'ai jamais vu entièrement le dessin animé Disney et que Tim Burton a pris quelques libertés dans son adaptation), mais j'étais curieuse de découvrir l'original. Malgré les 86 pages de mon édition, j'ai eu du mal à terminer. Les réactions des humains et des animaux réels ou imaginaires (ce sont des animaux, vous me direz) m'ont semblé simplistes. Et c'est ce qui m'a déçue. Malheureusement, j'étais trop fatiguée à mon retour de Martinique et je n'ai pas réussi à me mettre dans l'ambiance. Il n'y a que le Chat du Cheshire que j'ai aimé.

Quand je dis après un certain âge, finalement, je crois que ça ne m'aurait pas plu quand j'étais enfant. Et si j'avais inspiré une histoire pareille à un type...

Posté par Jackie Brown à 19:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Bonne continuation Madame

Taubira

Posté par Jackie Brown à 06:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
22 janvier 2016

Lipstick polychrome (Daniel Balavoine)

Je dois me rendre à l'évidence (et si le moteur de recherche de Canalblog fonctionne bien), je n'ai jamais mis de chanson de Balavoine sur mon blog. Alors, 30 ans après sa mort (oui, je me souviens où j'étais quand j'ai appris la nouvelle et qui me l'avait annoncée), ma chanson préférée de Daniel.

Posté par Jackie Brown à 14:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,