Sous la grêle osée

21 janvier 2017

Le deuxième jour

Hier, Facebook était rempli de photos du 44e président, accompagné ou non de Michelle et de ses filles. Aujourd'hui, mes amis postent des photos des manifestations qui ont lieu dans tout le pays. Hier, je n'ai pas regardé l'inauguration. Mais j'ai été trahie par TV5 et j'ai dû en subir quelques secondes.

Le projet We the People qui demandait 60000 dollars sur kickstarter en a déjà levé près d'un million et demi. Et voici quelques-unes (l'artiste est reconnaissable) des magnifiques cartes que ce collectif propose d'envoyer à celui qui est à la Maison Blanche.

Shepard-GreaterThanFear   Shepard-ProtectEachOther

Shepard Fairey

https://www.kickstarter.com/projects/amplifierfoundation/we-the-people-public-art-for-the-inauguration-and?token=43200cc2

Pour télécharger les dessins : http://theamplifierfoundation.org/wtp_wmw_highresart/

Posté par Jackie Brown à 14:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2017

Easy Target (John Mellencamp)

Quand notre voisine nous répète qu'elle est ravie que nous soyons là et qu'elle espère que nous resterons encore longtemps, et qu'elle nous l'écrit sur une carte que nous trouvons sur le paillasson, nous nous disons qu'elle a voté pour celui qui doit prêter serment aujourd'hui.

Posté par Jackie Brown à 00:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
18 janvier 2017

Expérience et sagesse

Un vendredi matin. Ma sœur et moi recevons un message d'une chef de projets nous annonçant un nouveau projet (donc) conséquent et avec une date de livraison qui semble raisonnable. Il s'agit de chaînes de logiciel figurant dans un fichier en pièce jointe et de manuels à télécharger depuis un site. Elle nous demande si nous serions intéressées. Je demande s'il existe une base de données terminologique et si elle souhaite la traduction et la relecture. Uniquement la traduction et elle se renseigne pour la termino. Je regarde les fichiers et je constate que le sujet est assez technique. (Bon d'accord, la traduction de logiciels est notre spécialité, mais il ne faut pas oublier qu'il existe beaucoup de domaines. Souvent, les chefs de projets se contentent d'indiquer qu'il s'agit de traduire un logiciel sans te donner le domaine. J'ai traduit des logiciels de CAO, donc je peux traduire un logiciel médical.) Je lui réécris pour lui dire qu'en fait le délai est trop court car nous ne pourrons pas travailler toutes les deux à temps plein et je refuse le projet. Une heure en tout entre son premier message et ma réponse définitive. En fin d'après-midi, elle se manifeste à nouveau. Elle a reçu des infos supplémentaires : il existe une mémoire de traduction et plusieurs glossaires. Et le délai est repoussé. Donc, elle nous recontacte (elle nous veut absolument) et nous indique que nous pouvons prendre tout le projet ou une partie seulement. Nous souhaitons étudier le projet de plus près. De toute façon, c'est déjà vendredi soir et personne ne pourra commencer. Elle nous demande donc de réfléchir le week-end et de lui donner la réponse au cours du week-end ou lundi matin. Certains détails ne sont pas encore au point. Dimanche en début d'après-midi, nous réécrivons à la chef de projets car nous ne parvenons pas à télécharger les fichiers. Nous avons une réponse assez rapidement et récupérons les fichiers vers 14 h. Nous décidons d'accepter le projet puisque les délais sont bons et que la terminologie est fournie. Lundi, 7h. Nous recevons un message de la chef de projets qui nous dit que les manuels ont été attribués. Ben voyons. Il ne reste donc que le logiciel. Et là, j'hésite... Est-ce que je lui explique qu'il est hors de question de se taper tout le boulot de recherche pour traduire le logiciel pour que quelqu'un d'autre profite de la termino que nous avons établie pour traduire les manuels (qui représentent, en plus, un compte de mots plus important) ? Est-ce que je refuse en lui donnant une excuse bidon ? Je choisis la deuxième solution et lui donnant l'excuse pas vraiment bidon que le projet sur lequel nous travaillons est plus important que prévu. En fait, nous étions prêtes à travailler le week-end pour mener de front les deux projets, mais dans ces conditions... Je me dis que j'aurais peut-être dû lui expliquer car après tout, elle était débutante et sans expérience directe de traduction. Enfin, je l'espère.

Posté par Jackie Brown à 09:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 janvier 2017

24K Magic (Bruno Mars)

Rien de tel qu'un clip pour illustrer l'évolution de la condition féminine. C'était déjà comme ça au XXe siècle. Tant qu'on peut payer... (J'aime la chanson.)

Posté par Jackie Brown à 10:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 janvier 2017

Obama ! T'en va pas !

Le discours d'adieu de mon président à Chicago (pour Michelle : 59e min.) :

Posté par Jackie Brown à 07:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 janvier 2017

Non merci !

J'ai horreur d'être prise en photo. Quand j'étais enfant, mes parents ne nous mitraillaient pas et, comme le dit ma mère, si le parrain de ma sœur n'avait pas été là, il n'y aurait pas beaucoup de photos de nous bébés. Quand ma sœur a eu son premier appareil photo, je lui servais de "modèle". Elle avait horreur que je la prenne en photo parce que je ne savais pas cadrer. Quand elle a eu son premier 135, nous avions des photos à la pelle. J'avais appris à cadrer et surtout nous en avions besoin pour les envoyer aux correspondants parce que nous trouvions que les photos d'identité faisaient nul. Parvenues à un âge moyen et les kilos en trop aidant, nous en sommes venues à détester les photos. Il y a des gens qui comprennent quand tu refuses d'être prise en photo. En revanche, d'autres pensent que tu n'as rien à dire, que s'ils veulent te prendre en photo, ils en ont le droit, que c'est leur appareil photo et qu'ils t'emmerdent. Le droit à l'image, tu parles. Apparemment, être jumelles, c'est faire partie du domaine public et on peut nous prendre en photo sans demander l'autorisation puisque nous sommes des curiosités. Et quand ce sont des membres de ta famille ou des amis, je ne vois pas l'intérêt d'avoir une photo de moi où je suis clairement agacée ou mal à l'aise. Je me pose des questions sur le but réel. Oui, nos relations sont particulières.

Tout ça pour raconter ce qui suit. Dans l'avion entre Fort-de-France et Miami, nous avons remarqué un jeune homme qui n'arrêtait pas de prendre des photos avec son téléphone : au décollage, lorsqu'on lui a servi son repas, pendant que nous survolions d'autres îles, à l'atterrissage à Miami. Pendant que nous attendions le positionnement de la passerelle, ma sœur lui demande s'il a un blog. Il lui répond qu'elle est très observatrice et qu'il prend des photos pour illustrer un compte-rendu de vol qu'il publie sur un site Internet. Ah OK ! Quelques jours plus tard, ma sœur trouve le site en question. Elle fait défiler le compte-rendu. Ben oui, on vérifie. Des fois qu'il ait mis des photos de nous. Rien dans le hall principal. Il est arrivé avant nous. Rien dans la salle d'embarquement. Il est arrivé avant nous. Mais ça se gâte. Cette personne qu'on voit de profil entrant dans l'avion, c'est moi ! La personne qui sourit et semble regarder l'objectif, c'est ma sœur ! (Elle ne s'était pas rendu compte qu'il la prenait en photo.) Deux autres photos de nous de dos, pas très glamour, avec vêtements bien froissés après le voyage en avion, illustrent la sortie de l'avion. Aïe ! Ma sœur écrit immédiatement au responsable du site pour faire retirer les photos et lui explique que nous n'avions pas vu que le type nous prenait en photo. Il lui envoie l'adresse du jeune homme en conseillant d'écrire directement. Ce que ma sœur fait immédiatement. Le jeune homme s'excuse et retire les quatre photos. Merci !

Posté par Jackie Brown à 10:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 janvier 2017

Michelle Obama's Final Speech As First Lady

Sans commentaire.

Posté par Jackie Brown à 10:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
06 janvier 2017

Shouldn't Have to Be Like That (Fra Lippo Lippi)

On ne peut pas vraiment parler de Norwegian Invasion, mais dans les années 80, on avait A-ha ET Fra Lippo Lippi. Grâce à eux, j'ai appris que Fra' Lippo Lippi était un peintre italien du XVe siècle.

Posté par Jackie Brown à 11:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 janvier 2017

An Obvious Fact (Craig Johnson)

obvious

Nous avions eu droit en mai 2016 à une nouvelle qui m'avait beaucoup plu : The Highwayman. Alors j'attendais ce douzième roman de la série avec impatience.

Henry et Walt partent enquêter à Hulett, WY, près de Devils Tower (vous entendez les cinq notes ?), où a lieu le plus grand rassemblement de gangs de motards. L'un des membres des Tre Tre Nomads a été sorti de la route et est à l'hôpital, dans un état grave. Il se trouve être le fils de... Lola. Oui, celle dont Henry a donné le nom à sa voiture. Les retrouvailles entre Henry et Lola sont loin d'être amicales. Bon, je n'en dirais pas plus. Allez si. Henry participe à une course de moto (qu'il a remportée une fois il y a longtemps) et Walt n'approuve pas vraiment. On a droit à un tas de remarques tellement malveillantes sur la moto et les motards qu'on aurait cru qu'elles reflètent l'opinion de Craig Johnson à ce sujet. Il s'agit peut-être de celle de sa femme. Ça m'a fait penser à la fois où nous nous étions retrouvées avec les membres d'un de ces fameux clubs de motards dans un avion entre Miami et Denver. Il s'agissait en majorité de quinquagénaires accompagnés de leurs épouses. Ils étaient énervés parce que l'avion avait du retard et ils montraient leur mauvaise humeur à chaque occasion. C'est l'ambiance que décrit Craig Johnson dans son roman.

J'ai trouvé ce roman plus drôle que les précédents. Craig Johnson a ajouté des éléments comiques à des situations très sérieuses et ce n'est même pas choquant. Il est bien le numéro 12, il est bien.

(Désolée, c'est court, mais je reprends doucement.)

In the midst of the largest motorcycle rally in the world, a young biker is run off the road and ends up in critical condition. When Sheriff Walt Longmire and his good friend Henry Standing Bear are called to Hulett, Wyoming—the nearest town to America's first national monument, Devils Tower—to investigate, things start getting complicated. As competing biker gangs; the Bureau of Alcohol, Tobacco, and Firearms; a military-grade vehicle donated to the tiny local police force by a
wealthy entrepreneur; and Lola, the real-life femme fatale and namesake for Henry's '59 Thunderbird (and, by extension, Walt's granddaughter) come into play, it rapidly becomes clear that there is more to get to the bottom of at this year's Sturgis Motorcycle Rally than a bike accident. After all, in the words of Arthur Conan Doyle, whose Adventures of Sherlock Holmes the Bear won't stop quoting, "There is nothing more deceptive than an obvious fact."

http://www.craigallenjohnson.com/

Posté par Jackie Brown à 16:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 janvier 2017

Livres 2016

J'ai négligé mon blog ces derniers temps, mais j'étais fatiguée à mon retour de Martinique. J'espère être plus vaillante en 2017.

  1. Lewis Carroll : Alice's Adventures in Wonderland
  2. Annie Ernaux : La place
  3. Alexander McCall Smith : The Woman Who Walked in Sunshine
  4. Jean-Philippe Toussaint : Football
  5. Kevin Kwan : China Rich Girlfriend
  6. Raphaël Confiant : Madame St-Clair, reine de Harlem
  7. Didier Daeninckx : Caché dans la maison des fous
  8. Paul Harding : Murder Most Holy
  9. Tom Robbins : Tibetan Peach Pie: A True Account of an Imaginative Life
  10. Judy Blume : In the Unlikely Event
  11. C.J. Box : Open Season
  12. Ilyasah Shabazz with Kekla Magoon : X a novel
  13. Adam Johnson : Fortune Smiles
  14. Kahlil Gibran : The Prophet
  15. Ingrid von Oelhafen and Tim Tate : H.'s Forgotten Children: My Life in the Lebensborn
  16. Patti Smith : M Train (j'ai voulu le lire parce que Patti Smith racontait son voyage en Guyane. J'ai aimé mais la "nonchalance" de Patti Smith m'a déçue.)
  17. Robert Galbraith : Career of Evil
  18. Toni Morrison : Remember: The Journey to School Integration
  19. Emmanuelle Walter : Sœurs volées
  20. Jeff Brown : Flat Stanley
  21. Toni Morrison : a mercy
  22. Lee Smith : Dimestore: A Writer's Life (intéressant mais sans plus. Je connaissais pas du tout Lee Smith.)
  23. Mikael Niemi : Popular Music from Vittula
  24. Sonny Liew : The art of Charlie Chan Hock Chye
  25. Ellis Peters : The Pilgrim of Hate
  26. Kaitlyn Greenidge : We Love You, Charlie Freeman
  27. Mia Couto : The Last Flight of the Flamingo
  28. Louise Fitzhugh : Harriet the Spy
  29. Paul Harding : The Anger of God
  30. Thomas Lebègue et Emmanuelle Walter : Grandes écoles, la fin d'une exception française (triste, très triste)
  31. Sherman Alexie : Thunder Boy Jr.
  32. F. Scott Fitzgerald : Flappers and Philosophers
  33. Craig Johnson : The Highway Man (super)
  34. Eddie Huang : Fresh Off the Boat
  35. Louise Erdrich : LaRose
  36. Terry McMillan : I Almost Forgot About You (moins bon que les précédents)
  37. Annie Proulx : Barkskins
  38. Shawn Johnson : The Flip Side
  39. Yaa Gyasi : Homegoing
  40. Paul Doherty : By Murder's Bright Light
  41. M.C. Beaton : The Quiche of Death
  42. Harry Crews : The Gospel Singer
  43. Donald Ray Pollock : The Heavenly Table
  44. Bernice L. McFadden : The Book of Harlan
  45. Colin Cotterill : The Coroner's Lunch (A Dr. Siri Paiboun Mystery) (Laos 1978, bien sûr que j'étais intriguée. Mais ça a vite tourné au communisme, c'est pas bien et les gens font avec ce qu'ils ont et se débrouillent comme ils peuvent. Ajouté à ça un peu trop de fantastique. Je ne continuerai pas cette série.)
  46. John Robert Lewis : March: Book Three (le dernier tome de la série. Beaucoup plus de violence que dans les deux autres.)
  47. Jeff Kinney : Diary of a Wimpy Kid
  48. Jeff Kinney : Rodrick Rules
  49. Ellis Peters : An Excellent Mystery
  50. Jean-François Parot : Le crime de l'hôtel Saint-Florentin
  51. M.C. Beaton : The Vicious Vet
  52. M.C. Beaton : The Potted Gardener
  53. Joyce Maynard : Under the Influence
  54. Fran Ross : Oreo
  55. David Levithan : Two Boys Kissing
  56. Dale Maharidge : Someplace Like America: Tales from the New Great Depression (vraiment émouvant. Difficile à résumer. J'ai aimé le "revirement" de ceux qui critiquaient les aides sociales quand ils n'en avaient pas besoin et qui se trouvent obligés d'y avoir recours. C'est du communisme quand moi, je n'en ai pas besoin.)
  57. Amy Stewart : Girl Waits with Gun (un peu longuet mais les sœurs Kopp sont remarquables. Je continuerai peut-être.)
  58. Bruce Springsteen : Born to Run (je ne m'attendais pas à ce que Bruce raconte TOUT et qu'il parle aussi librement de sa dépression et des problèmes mentaux de sa famille. Hormis le passage sur Elvis Presley, j'ai apprécié.) 
  59. Daniel Picouly : La faute d'orthographe est ma langue maternelle (drôle parfois, mais beaucoup de longueurs)
  60. Annie Ernaux : Mémoire de fille (j'ai pensé lire Little Darlings côté monos, mais ce n'était pas tout à fait ça. Sympa pour en savoir plus sur l'époque, mais les tics d'Annie Ernaux m'ont vite agacée : ces expressions avec être en ou dans... C'est bon ! Je crois que je m'arrêterai là avec Annie Ernaux.)
  61. Paul Doherty : The House of Crows
  62. Chester Himes : The Crazy Kill (ça part dans tous les sens. Du Chester Himes quoi !)
  63. Ellis Peters : The Raven in the Foregate
  64. Raymond Chandler : The Big Sleep (il ne fallait pas s'attendre à du raffinement dans le traitement des femmes et des homosexuels)
  65. Craig Johnson : An Obvious Fact (j'essaierai d'écrire un billet. En tout cas, il est très réussi.)
  66. Kent Haruf : Plainsong (J'aurais pu faire sans les scènes gore de la vie à la ferme, mais je lirai certainement la suite.)
  67. Charles Dickens : A Christmas Carol

Posté par Jackie Brown à 10:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,