Sous la grêle osée

22 février 2019

Bon anniversaire Sous la grêle osée !

 Pour l'anniversaire de mon blog, une pub que je trouve super.

Posté par Jackie Brown à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 février 2019

On the Come Up (Angie Thomas)

OnTheComeUp

Même si j'attendais avec impatience la sortie du deuxième livre d'Angie Thomas, je l'appréhendais un peu. Et s'il n'était pas aussi bon que The Hate U Give (que j'avais adoré) ? Et c'est toujours difficile de faire aussi bien que le premier. Et bien là, pas de problème. Si j'ai préféré l'héroïne du premier livre, dans l'ensemble, j'ai trouvé l'histoire d'On the Come Up plus intéressante. Pourtant, ce n'était pas gagné car je ne suis pas franchement fan de hip-hop (à part quelques titres), le thème central du roman. Ce qui n'est pas le cas d'Angie Thomas qui est elle-même rappeuse. Elle maîtrise donc parfaitement son sujet et ça se voit. Elle a même écrit quelques rimes pour le roman.

Bri Jackson a 16 ans. Son père, rappeur underground, a été abattu par un gang rival. Bri s'exprime grâce au rap et souhaite décrocher un contrat avec une maison de disques pour aider sa famille (sa mère et son frère) qui se débat dans les difficultés financières et quitter le quartier (celui où se déroulait l'action du premier roman). Sa mère, qui avait sombré dans la drogue après la mort de son mari et avait dû confier ses enfants à ses beaux-parents pour suivre une cure de désintoxication, vient de perdre son emploi de secrétaire de leur église. Son frère travaille dans une pizzeria malgré son diplôme universitaire et a dû renoncer pour le moment à poursuivre un deuxième cycle. Bri est soutenue par la sœur de sa mère, Aunt Pooh, qui fait partie d'un gang et vend de la drogue. C'est elle qui permet à Bri de participer à son premier battle, où elle affronte le fils de l'ancien manager de son père. Par ailleurs, Bri fréquente un lycée des arts qui a accepté à contrecœur d'ouvrir ses portes à des « jeunes des quartiers » pour obtenir des crédits. On fait bien sentir à ces élèves qu'ils ne sont pas les bienvenus : fouille appuyée par les gardes à l'entrée, punitions pour des « infractions » mineures.

Si j'ai finalement préféré On the Come Up (pas de beaucoup), j'ai été un peu rebutée au début par Bri et son mauvais caractère qui lui attire bien des ennuis (parfois très graves). Mais elle devient attachante avec son obstination et son opiniâtreté, et même comique quand elle se rend compte qu'elle tombe amoureuse d'un garçon qu'elle trouvait « plutôt nul avant ».

Comme pour The Hate U Give, Angie Thomas s'est inspirée de son expérience pour écrire un roman authentique, avec de vrais personnages (la tension entre la mère et la grand-mère de Bri est parfaitement exprimée), qui rend un bel hommage au hip-hop.

À lire absolument.

Site de l'auteure : https://angiethomas.com/

Black-History-Month-2017-Image

On the Come Up est en tête de la liste des meilleures ventes YA du New York Times, détrônant ainsi The Hate U Give.

Posté par Jackie Brown à 19:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 février 2019

Ghost (Jason Reynolds)

Ghost 2

Il s'agit du premier tome de la série Tracks dans laquelle Jason Reynolds, auteur à succès de littérature jeunesse, suit une équipe de jeunes coureurs. Ghost intègre par hasard cette équipe : il traîne près de la piste d'entraînement et décide de montrer à un des coureurs qu'il peut être aussi rapide que lui. Coach (l'entraîneur) accepte à contreœur de le laisser courir. Il demande ensuite à Castle (le vrai prénom de Ghost) de faire partie de l'équipe car il possède un talent naturel pour la course. Coach est médaillé olympique, chauffeur de taxi pour gagner sa vie et entraîneur bénévole. Il espère en donnant son temps aux enfants leur offrir davantage d'opportunités. Ghost vit avec sa mère qui travaille dans la cafétéria de l'hôpital (et qui le nourrit avec les restes qu'elle récupère), est harcelé par un garçon de son école et a un tempérament coléreux (et souvent des ennuis avec le principal) en raison de son passé.

J'aime les romans jeunesse (middle grade ici, donc pour les 8-12 ans) réalistes où les enfants ont des comportements naturels. Et même si leurs vies sont atypiques, leurs histoires sont réalistes et surtout touchantes. J'ai particulièrement aimé cette scène où Coach invite les nouveaux de l'équipe et leur demande de raconter une chose qu'ils n'ont jamais dite à personne. La révélation de l'un des enfants m'a vraiment émue et j'ai trouvé que Jason Reynolds savait se mettre dans la peau des enfants pour nous donner leur point de vue simple, mais si perspicace.

Je lirai les autres livres de la série, car j'ai trouvé les enfants et le coach attachants. Et puis, j'ai adoré que Jason Reynolds parle d'athlétisme dans ce livre. Si en France, on connaît bien les coureurs américains, leur popularité n'est pas aussi grande aux États-Unis (enfin, par rapport aux basketteurs, aux joueurs de football à la main et de baseball). Ma sœur et moi avions eu une conversation avec un athlète amateur noir américain et il était surpris que nous nous intéressions à son sport.

Le site de l'auteur : 

https://iamjasonreynolds.com/

Black-History-Month-2017-Image

15 février 2019

Can you forgive her? (Pet Shop Boys)

De l'album Very (dont la boîte me fait toujours penser au gant de massage Elancyl), une chanson que j'adore pour : 

she's made you some kind of laughing stock
because you dance to disco and you don't like rock

Posté par Jackie Brown à 10:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 février 2019

Heavy: An American Memoir (Kiese Laymon)

Heavy

Brutal ! Vraiment ! Il faut s'accrocher pour lire Heavy de Kiese Laymon. Il ne nous épargne rien car rien ne lui a été épargné que ce soit de son fait, ou de celui d'autres : violence, maltraitance, abus sexuel, obésité, anorexie, jeu pathologique. Et pour un homme noir dans le Mississippi ou aux États-Unis tout court, il doit surmonter bien des obstacles pour réussir, ou même s'en sortir. Ce livre s'adresse à sa mère : professeure brillante, exigeante, à cheval sur la grammaire et la syntaxe, dépendante au jeu, manipulatrice et qui sort la ceinture chaque fois que son fils « désobéit ». Kiese nous décrit la relation de plus en plus malsaine qu'il a depuis l'enfance avec sa mère. Celle-ci tente par tous les moyens physiques et intellectuels de le préparer à affronter les Blancs du Mississippi qui ne lui feront pas de cadeau ; elle l'avertit constamment : il ne faut leur fournir aucun prétexte pour t'enfoncer. Elle ne se rend pas compte de la pression terrible qu'elle exerce ainsi sur son fils. Surtout que le racisme ne se limite pas au Mississippi (où il est expulsé de l'université pour avoir sorti un livre de la bibliothèque sans l'emprunter). Kiese apprend rapidement que le simple fait de parler un anglais correct peut attirer des ennuis dans le Maryland, et à l'université Vassar (État de New York) où il enseigne, les agents de sécurité viennent dans son bureau lui demander ses papiers. Sa mère lui répond : « Terror looks like this. »

J'ai toujours du mal à parler des livres non-fiction, et celui-ci ne fait pas exception. Mais j'espère que mon inaptitude à écrire quelque chose de potable ne va pas vous rebuter. Il faut lire le récit douloureux et touchant du parcours d'un homme noir qui doit lutter contre des forces internes et externes, intérieures et extérieures. Direct et implacable. Un coup de cœur pour moi.

https://www.kieselaymon.com/

Black-History-Month-2017-Image


07 février 2019

Waiting for Eden (Elliot Ackerman)

WfEden

C'est un roman vraiment troublant que nous propose Elliot Ackerman. Déjà par le fait que le narrateur est mort et observe ce qui se passe dans la chambre d'hôpital d'Eden, son frère d'armes, grand brûlé à qui il ne reste que le haut du corps, et rescapé d'une de ces guerres pour la liberté des Américains qui se déroulent à des kilomètres des États-Unis. Mary, la femme d'Eden passe ses journées à l'hôpital. On lui a déjà demandé de le débrancher, mais elle refuse. Les autres parents d'Eden sont repartis et elle reste depuis trois ans au chevet de son mari. Elle a envoyé sa petite fille chez sa mère parce qu'un hôpital n'est pas un endroit pour un enfant. Et c'est pendant son absence, quand elle a décidé d'aller passer les fêtes chez sa mère, qu'Eden reprend conscience. Et tente de faire comprendre à ceux qui l'entourent ce qu'il souhaite.

J'ai évidemment pensé à Johnny Got His Gun de Dalton Trumbo (le film, car je n'ai pas lu le livre), avec ses retours en arrière et le militaire grièvement blessé qui essaie de communiquer. La présence du « fantôme » est expliquée vers la fin de ce court roman. Et elle donne tout son sens à ce beau titre. Je ne sais pas bien si l'auteur a tenté de construire une histoire autour d'un soldat grabataire et en sursis pour évoquer la fin de vie (volontaire), ou bien s'il souhaitait parler des difficultés d'un couple et a décidé que l'homme serait militaire. Le résultat est une histoire poignante, qui malgré quelques passages qui m'ont semblé inutiles, est superbement écrite.

Difficile d'en dire plus, mais je recommande.

Elliot Ackerman est un ancien Marine qui a combattu en Irak et en Afghanistan.

Son site : http://elliotackerman.com/

Posté par Jackie Brown à 18:15 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 février 2019

The Next Sure Thing (Richard Wagamese)

TheNextSure

J'ai beaucoup aimé ce très court roman de Richard Wagamese.

Cree Thunderboy est un joueur de blues qui se produit devant la clientèle rare d'une "baraque à crabes". Il connaît le blues parce que sa vie est loin d'être facile. Il a un autre talent : pronostiquer le gagnant des courses hippiques. Win Hardy le remarque sur le champ de course et l'embauche pour lui donner les coups sûrs des courses à venir. En échange, il financera son CD. Cree pense avoir trouvé l'arrangement parfait, d'autant que Win lui fait une avance importante. Ce n'est que lorsque deux hommes de main viennent lui faire signer un contrat qu'il comprend qu'il appartient maintenant à Win et que s'il ne répond pas aux attentes de ce dernier, il met sa vie ainsi que celle de ses proches en danger. Il refuse de se laisser faire et risque le tout pour le tout pour se débarrasser de Win.

C'est court donc. Et percutant. Et très imaginatif. Et drôle aussi. Excellente entrée en matière pour l'écriture du regretté Richard Wagamese, et en attendant la fonte des neiges pour aller chercher le reste à la bibliothèque.

À lire, bien sûr.

Posté par Jackie Brown à 17:57 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 février 2019

Ohio (Stephen Markley)

Ohio

On va reprendre tout doucement pour se remettre dans le bain. Je lis toujours autant, mais je ne trouve plus le courage d'écrire quoi que ce soit. J'espère que ça ne va pas durer trop longtemps.

Tout le long du livre, je me suis répété : « Et ce sont des lycéens ? » C'était si sordide que j'ai failli abandonner. En plus, cette façon d'intercaler présent et passé commençait à m'agacer. J'ai continué parce que l'histoire est tout de même prenante. Cette impression de remplissage ne m'a pas quittée, mais c'était supportable. En revanche, le sordide n'a fait que s'amplifier.

Stephen Markley suit quatre personnages, parmi les survivants d'un groupe d'anciens camarades de lycée d'une petite ville de l'Ohio. Petite ville typique de la Rust Belt où Walmart et le match de football américain du vendredi soir au lycée sont les seules distractions, où le chômage et la drogue sévissent. Stephen Markley décrit cette génération qui a grandi après le 11-Septembre, et dont les inquiétudes majeures sont le terrorisme, la crise économique et l'environnement (même si pour certains, le réchauffement climatique est une vaste blague). En fait, pas quand ils sont encore lycéens. À ce moment-là, ils se soucient surtout de leur popularité (intégrer le groupe des stars de l'école : les membres des équipes de football et de basket et leurs petites amies), du qu'en-dira-t-on (oui, tout le monde se connaît et se retrouve à l'église le dimanche) et de leur vie après le lycée. Certains comptent se marier et rester à New Canaan, d'autres envisagent de quitter la ville et de ne plus jamais y remettre les pieds. Mais les choses ne se passent pas vraiment comme certains l'espèrent. Ils n'ont pas pensé que leur gloire n'a pas dépassé les limites de leur ville, que le monde extérieur ne les attend pas et n'est pas prêt à accepter tous leurs excès.

Les quatre protagonistes retournent dans la ville le même jour, mais pour des raisons différentes. Ils se retrouvent les uns les autres au fil du hasard, échangent des confidences, se saoulent, se droguent, ont des relations sexuelles, et tout se termine dans une violence extrême.

Même si l'histoire est plutôt efficace (on découvre les secrets et les événements qui mènent à ce jour fatidique au fur et à mesure), j'ai trouvé les personnages extrêmement égoïstes et sans cœur. Ils ne s'intéressent aux autres que dans la mesure où ils peuvent se servir d'eux. Stephen Markley a ajouté quelques personnages non-blancs dans le roman, mais ils ne sont là que pour être là.

C'est un premier roman et l'auteur en fait des tonnes, surtout au début. Il abuse d'analogies (un peu comme Bruce Machart dans The Wake of Forgiveness) et de mots savants (je me suis fait la réflexion qu'il avait dû les apprendre pour le SAT), et ça m'a agacée aussi. Mais finalement, on s'y fait. Et l'ensemble est bon.

Le site de l'auteur : https://www.stephenmarkley.com/

Posté par Jackie Brown à 19:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 janvier 2019

David Bowie : les livres de sa vie

david bowie

David Bowie in 1965 © Redferns

Je viens de lire ça dans le Financial Times : When David Bowie circulated a list of 100 books that had changed his life, it caused much comment. In some ways the list represented a time capsule of 1960s and 1970s concerns — but there were surprises, too, not least in the inclusion of London novelist Rupert Thomson’s early work The Insult. Now John O’Connell profiles the late singer’s literary heroes in Bowie’s Books (Bloomsbury, April), trawling for clues to the Starman’s extraordinary sensibility.

https://www.ft.com/bigreads-2019

Évidemment, il me fallait cette liste et même si nous n'avons pas les mêmes goûts (en orange, les livres que j'ai lus) :

Interviews With Francis Bacon by David Sylvester

Billy Liar by Keith Waterhouse

Room At The Top by John Braine

On Having No Head by Douglass Harding

Kafka Was The Rage by Anatole Broyard

A Clockwork Orange by Anthony Burgess

City Of Night by John Rechy

The Brief Wondrous Life Of Oscar Wao by Junot Diaz

Madame Bovary by Gustave Flaubert

Iliad by Homer

As I Lay Dying by William Faulkner

Tadanori Yokoo by Tadanori Yokoo

Berlin Alexanderplatz by Alfred Döblin

Inside The Whale And Other Essays by George Orwell

Mr. Norris Changes Trains by Christopher Isherwood

Halls Dictionary Of Subjects And Symbols In Art by James A. Hall

David Bomberg by Richard Cork

Blast by Wyndham Lewis

Passing by Nella Larson

Beyond The Brillo Box by Arthur C. Danto

The Origin Of Consciousness In The Breakdown Of The Bicameral Mind by Julian Jaynes

In Bluebeard’s Castle by George Steiner

Hawksmoor by Peter Ackroyd

The Divided Self by R. D. Laing

The Stranger by Albert Camus

Infants Of The Spring by Wallace Thurman

The Quest For Christa T by Christa Wolf

The Songlines by Bruce Chatwin

Nights At The Circus by Angela Carter

The Master And Margarita by Mikhail Bulgakov

The Prime Of Miss Jean Brodie by Muriel Spark

Lolita by Vladimir Nabokov

Herzog by Saul Bellow

Puckoon by Spike Milligan

Black Boy by Richard Wright

The Great Gatsby by F. Scott Fitzgerald

The Sailor Who Fell From Grace With The Sea by Yukio Mishima

Darkness At Noon by Arthur Koestler

The Waste Land by T.S. Elliot

McTeague by Frank Norris

Money by Martin Amis

The Outsider by Colin Wilson

Strange People by Frank Edwards

English Journey by J.B. Priestley

A Confederacy Of Dunces by John Kennedy Toole

The Day Of The Locust by Nathanael West

1984 by George Orwell

The Life And Times Of Little Richard by Charles White

Awopbopaloobop Alopbamboom: The Golden Age of Rock by Nik Cohn

Mystery Train by Greil Marcus

Beano (comic, ’50s)

Raw (comic, ’80s)

White Noise by Don DeLillo

Sweet Soul Music: Rhythm And Blues And The Southern Dream Of Freedom by Peter Guralnick

Silence: Lectures And Writing by John Cage

Writers At Work: The Paris Review Interviews edited by Malcolm Cowley

The Sound Of The City: The Rise Of Rock And Roll by Charlie Gillete

Octobriana And The Russian Underground by Peter Sadecky

The Street by Ann Petry

Wonder Boys by Michael Chabon

Last Exit To Brooklyn By Hubert Selby, Jr.

A People’s History Of The United States by Howard Zinn

The Age Of American Unreason by Susan Jacoby

Metropolitan Life by Fran Lebowitz

The Coast Of Utopia by Tom Stoppard

The Bridge by Hart Crane

All The Emperor’s Horses (aka Peking Story) by David Kidd

Fingersmith by Sarah Waters

Earthly Powers by Anthony Burgess

The 42nd Parallel by John Dos Passos

Tales Of Beatnik Glory by Ed Saunders

The Bird Artist by Howard Norman

Nowhere To Run The Story Of Soul Music by Gerri Hirshey

Before The Deluge by Otto Friedrich

Sexual Personae: Art And Decadence From Nefertiti To Emily Dickinson by Camille Paglia

The American Way Of Death by Jessica Mitford

In Cold Blood by Truman Capote

Lady Chatterly’s Lover by D.H. Lawrence

Teenage by Jon Savage

Vile Bodies by Evelyn Waugh

The Hidden Persuaders by Vance Packard

The Fire Next Time by James Baldwin

Viz (comic, early ’80s)

Private Eye (satirical magazine, ’60s – ’80s)

Selected Poems by Frank O’Hara

The Trial Of Henry Kissinger by Christopher Hitchens

Flaubert’s Parrot by Julian Barnes

Maldodor by Comte de Lautréamont

On The Road by Jack Kerouac

Mr. Wilson’s Cabinet of Wonders by Lawrence Weschler

Zanoni by Edward Bulwer-Lytton

Transcendental Magic, Its Doctine and Ritual by Eliphas Lévi

The Gnostic Gospels by Elaine Pagels

The Leopard by Giusseppe Di Lampedusa

Inferno by Dante Alighieri

A Grave For A Dolphin by Alberto Denti di Pirajno

The Insult by Rupert Thomson

In Between The Sheets by Ian McEwan

A People’s Tragedy by Orlando Figes

Journey Into The Whirlwind by Eugenia Ginzburg

http://www.bowiebookclub.com/david-bowies-100-most-influential-books/

 

Posté par Jackie Brown à 11:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 janvier 2019

Livres 2018

Bonne année ! Et quelques commentaires sur les livres que j'ai eu la flemme de commenter. J'espère que 2019 sera meilleure.

  1. Ijeoma Oluo : So You Want to Talk About Race
  2. Caroline Preston : The War Bride's Scrapbook (l'effet de surprise est passé, mais des détails intéressants)
  3. J. Courtney Sullivan : Saints for All Occasions
  4. Lisa Ko : The Leavers
  5. Arlie Russell Hochschild : Strangers in Their Own Land: Anger and Mourning on the American Right (vraiment pas mon genre de personnes, mais c'est beau d'avoir des convictions.)
  6. Brit Bennett : The Mothers
  7. Kalwant Bhopal : White Privilege: The Myth of a Post-Racial Society
  8. Jenifer Lewis : The Mother of Black Hollywood: A Memoir (Jenifer est impayable.)
  9. Ibi Zoboi : American Street (un peu facile, mais ça se laisse lire.)
  10. Margot Lee Shetterly : Hidden Figures: The American Dream and the Untold Story of the Black Women Mathematicians Who Helped Win the Space Race (intéressant)
  11. Jean-François Larios : J'ai joué avec le feu
  12. Min Jin Lee : Pachinko (captivant mais ce parti pris : les personnages un peu "spéciaux" sont systématiquement japonais)
  13. Toni Morrison : The Origin of Others
  14. Joël Dicker : La vérité sur l'affaire Harry Quebert
  15. Erika L. Sanchez : I Am Not Your Perfect Mexican Daughter (un peu facile, mais ça se laisse lire.)
  16. Imbolo Mbue : Behold the Dreamers (un peu décevant)
  17. Shobha Rao : Girls Burn Brighter
  18. Larry Watson : As Good As Gone (du Larry Watson pur jus)
  19. Ward Churchill : Kill the Indian, Save the Man: The Genocidal Impact of American Indian Residential Schools
  20. Tayari Jones : An American Marriage
  21. Brenda J. Child : Boarding School Seasons: American Indian Families, 1900-1940
  22. Paul Ortiz : An African American and Latinx History of the United States (très dense et point de vue passionnant)
  23. Paul Doherty : The Assassin's Riddle (je ne me lasse pas des aventures d'Althestan)
  24. Patrick Chamoiseau : La matière de l'absence
  25. Anna Yen : Sophia of Silicon Valley
  26. Janosch : Oh, wie schön ist Panama
  27. Mychal Denzel Smith : Invisible Man, Got the Whole World Watching: A Young Black Man's Education (pas d'accord avec tout et heureusement)
  28. M.C. Beaton : Death of a Cad
  29. Roxane Gay : Hunger: A Memoir of (My) Body (très dur)
  30. Veera Hiranandani : The Night Diary (la séparation de l'Inde et du Pakistan et ses conséquences. Lecture très forte.)
  31. M.C. Beaton : Agatha Raisin and the Witch of Wyckhadden
  32. J.D. Vance : Hillbilly Elegy: A Memoir of a Family and Culture in Crisis (le vrai sens de l'effort)
  33. Zora Neale Hurston : Barracoon: The Story of the Last "Black Cargo" (poignant)
  34. Jean-François Parot : Le cadavre anglais
  35. Gaito Gazdanov : The Beggar and Other Stories
  36. Ilyasah Shabazz : Betty Before X (beaucoup aimé)
  37. Juliet McDaniel : Mr. & Mrs. American Pie
  38. Michael Imperioli : The Perfume Burned His Eyes
  39. Tommy Orange : There There
  40. Ovidia Yu : Aunty Lee's Delights (premier de la série Singaporean Mystery et tellement fouillis que je ne pense pas continuer. Pourtant Singapour...)
  41. Eric Ripert : 32 Yolks: From My Mother's Table to Working the Line (je suis fan d'Eric Ripert. Ici, il parle de son enfance et de ses débuts en France, mais finalement, j'aurais préféré qu'il parle aussi des États-Unis.)
  42. Jennifer Egan : Manhattan Beach
  43. Chinelo Okparanta : Happiness, Like Water
  44. Hiromi Kawakami : Strange Weather in Tokyo (très japonais, très spécial, très délicat)
  45. Katherena Vermette : The Break
  46. Beverly Daniel Tatum : Why Are All the Black Kids Sitting Together in the Cafeteria?: And Other Conversations About Race (édition augmentée et à lire absolument)
  47. Patrick Modiano : Dora Bruder
  48. Craig Johnson : Depth of Winter
  49. Sayaka Murata : Convenience Store Woman (très japonais, très spécial et il y a des claques qui se perdent)
  50. Kim Thúy : Ru (il m'a manqué un petit quelque chose)
  51. Gaël Faye : Petit pays
  52. Olen Steinhauer : The Middleman
  53. Joseph Zobel : La rue Cases-Nègres
  54. Gisèle Pineau : Les voyages de Merry Sisal (difficile et grinçant)
  55. Sharmila Sen : Not Quite Not White: Losing and Finding Race in America (exténuant, mais tellement vrai)
  56. Amélie Nothomb : Les prénoms épicènes (très réussi)
  57. Nana Kwame Adjei-Brenyah : Black Friday
  58. Robert Galbraith : Lethal White (l'auteur a voulu faire un peu trop politique et on s'y perd parfois. Très bon quand même.)
  59. Sujata Massey : Convenience Boy and Other Stories of Japan (charmant)
  60. Jeanne Marie Laskas : To Obama: With Love, Joy, Anger, and Hope
  61. Sofia Lundberg : The Red Address Book
  62. Shaun Bythell : The Diary of a Bookseller (drôle et moins drôle)
  63. Traci Sorell : We Are Grateful: Otsaliheliga
  64. Theodore C. Van Alst Jr. : Sacred Smokes
  65. David Grann : Killers of the Flower Moon: The Osage Murders and the Birth of the FBI (déchirant)
  66. Brandon Hobson : Where the Dead Sit Talking
  67. Marcie Rendon : Murder on the Red River (trop rapide)
  68. Paul Doherty : The Devil's Domain
  69. Michelle Obama : Becoming (j'ai trouvé qu'elle parlait un peu trop de Barack, mais quelle femme ! Mon idole !)
  70. Alexander McCall Smith : The Colors of All the Cattle (charmant)

Posté par Jackie Brown à 08:56 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,