Sous la grêle osée

15 juin 2018

Don't Go Breaking My Heart (Backstreet Boys)

Ils sont de retour ! Non, je ne suis pas leur carrière (ils ne se sont peut-être jamais séparés), mais j'ai appris qu'ils venaient de sortir une chanson en regardant cette vidéo REACT : DO PARENTS KNOW MODERN MUSIC? Ce truc qui te fait te sentir plus toute jeune. Je reconnais plus ou moins les chansons des années 70, toutes celles des années 80, quelques-unes des années 90, une toutes les deux ou trois émissions pour les années 2000 (je trouve qu'elles se ressemblent toutes).

Quant au titre des Backstreet Boys (que je confonds parfois encore avec NSYNC), il n'a rien à voir avec celui des années 70, que je trouvais nul à l'époque et qui m'a plu par la suite.

Posté par Jackie Brown à 10:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juin 2018

Xanadu (Olivia Newton-John et Electric Light Orchestra)

Oui, c'était Michael Beck (et pas Andy Gibb) dans Xanadu ! Même si je n'ai pas vu le film. Mais j'adore la chanson.

Elle commence à 3:16. Mais les danseurs valent le coup d'œil.

Posté par Jackie Brown à 16:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
03 juin 2018

Oh, wie schön ist Panama (Janosch)

wieschön

Oui, je me suis remise à la lecture en allemand. Plutôt, j'ai enfin terminé un livre en allemand. Non, pas Gut gegen Nordwind sur lequel je traîne depuis septembre 2017, mais Oh, wie schön ist Panama, un livre pour enfants à partir de 4 ans (à peu près mon niveau d'allemand) de 48 pages (dont certaines ne contiennent qu'une illustration).

C'est une ancienne collègue allemande qui m'avait parlé de ce classique pour enfants (qui date de 1978). J'ai eu envie de le lire. Les bibliothèques n'avaient que les versions en anglais et en espagnol. J'ai revérifié cette année et je l'ai enfin trouvé en allemand.

De quoi ça parle ? Le sous-titre indique Die Geschichte, wie der kleine Tiger und der kleine Bär nach Panama reisen. En gros, c'est le récit du voyage au Panama du petit tigre et du petit ours. Petit tigre et Petit ours partagent une maison au bord d'une rivière. Petit ours, pêcheur invétéré, trouve un jour dans la rivière une caisse qui sent la banane et qui porte la mention Panama. Il décide alors que le Panama est le pays de ses rêves et convainc Petit tigre d'aller s'y installer.

L'auteur n'hésite pas à faire de l'humour dans cette histoire, mais développe surtout les thèmes de l'amitié et du chez-soi. Le résultat est réussi, des bons sentiments sans mièvrerie.

Janosch (pas son vrai nom) est auteur et illustrateur (les dessins sont plutôt mignons), mais pas uniquement pour enfants. Plusieurs dessins animés ont été réalisés à partir de cette histoire, le premier dans le cadre de la série Janoschs Traumstunde : https://www.youtube.com/watch?v=MRY_s2XYY5U

Une chose est sûre, je l'ai lu plus vite que Gut gegen Nordwind. (Oserais-je avouer qu'il y a quelques mots que je ne connaissais pas ?)

Der kleine Tiger und der kleine Bär sind dicke Freunde, und sie fürchten sich vor nichts, weil sie zusammen wunderbar stark sind. In ihrem Haus am Fluss haben sie es gemütlich. Doch eines Tages machen sie sich auf nach Panama.

Posté par Jackie Brown à 10:42 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 juin 2018

I Feel It Coming (The Weeknd ft. Daft Punk)

Il chante vraiment comme Michael Jackson ! (Pas fan du clip en revanche.)

Posté par Jackie Brown à 08:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mai 2018

Sophia of Silicon Valley (Anna Yen)

sophsilval

Il me fallait quelque chose de léger après le Chamoiseau. La couverture de Sophia of Silicon Valley m'a convaincue que c'était le genre de livre dont j'avais besoin. Malgré les quelques commentaires négatifs sur goodreads. La lecture du prologue me fait penser que j'aurais peut-être dû suivre ces commentaires négatifs. Le grand patron qui fait l'enfant gâté alors que tout le monde l'attend et que de toute façon, ce ne sera jamais sa faute, très peu pour moi. J'ai quand même continué et j'ai eu raison. J'ai trouvé le livre très sympa, plutôt intéressant (ça parle beaucoup d'introduction en bourse et de relations avec les investisseurs) et drôle.

Sophia, fille de riches immigrés taïwanais, n'hésite jamais à dire ce qu'elle pense et se retrouve dans des situations difficiles au travail. Après un diplôme en finance, elle est embauchée dans une banque d'investissement parce qu'un des banquiers souhaite récupérer son père comme client. Elle est virée après avoir ouvert sa bouche une fois de trop. Elle enchaîne avec un poste d'assistante juridique, elle s'entend très bien avec son chef qui adore son franc-parler et elle apprend beaucoup sur l'introduction en bourse. Elle est remarquée par le PDG d'un studio d'animation, and the rest is history.

On reconnaît sans peine certains personnages du roman, largement inspiré par l'expérience d'Anna Yen dans la Silicon Valley. Et c'est ce que j'ai trouvé super et hyper intéressant. L'aspect chick lit du roman n'est pas du tout abusif : Sophia souhaite se marier, mais fait vite passer sa carrière avant tout. Ses parents bien traditionnels sont un peu caricaturaux, mais drôles (plutôt drôle grinçant pour la mère et drôle attendrissant pour le père). Donc, un roman pas prise de tête malgré quelques passages difficiles tout de même, et didactique pour qui s'intéresse au domaine des startups. Je recommande parce qu'il est vraiment sympa. Comme la couverture quoi.

During the heady years of the tech boom, incorrigibly frank Sophia Young lucks into a job that puts her directly in the path of Scott Kraft, the eccentric CEO of Treehouse, a studio whose animated films are transforming movies forever. Overnight, Sophia becomes an unlikely nerd whisperer. Whether her success is due to dumb luck, savage assertiveness, insightful finesse (learned by dealing with her irrational Chinese immigrant mother), or a combination of all three, in her rarified position she finds she can truly shine.

As Scott Kraft’s right-hand woman, whip-smart Sophia is in the eye of the storm, sometimes floundering, sometimes nearly losing relationships and her health, but ultimately learning what it means to take charge of her own future the way the men around her do. But when engineer/inventor Andre Stark hires her to run his company’s investor relations, Sophia discovers that the big paycheck and high-status career she’s created for herself may not be worth living in the toxic environment of a boys-club gone bad. 

Posté par Jackie Brown à 12:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2018

The Great American Read

Les 100 livres préférés de l'Amérique. Penguin Random House offre les 100 livres. Si je gagne, il y en a quelques-uns que je balancerai.

J'ai fait le quiz et Oncle Sam m'a dit : You've got some reading to do. Insinuerait-il que mon score est ridicule ?

Great American Read

http://www.pbs.org/the-great-american-read/books/#/ 

Posté par Jackie Brown à 22:06 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mai 2018

Driving Away From Home (It's Immaterial)

Encore un souvenir des années 80. Ça se voit que je ne connais pas l'Angleterre ?

Posté par Jackie Brown à 16:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 mai 2018

La matière de l'absence (Patrick Chamoiseau)

matabs

Je l'ai emprunté à la bibliothèque parce que sous son titre était indiqué ROMAN. Un roman qui aurait été inspiré par le décès (et donc l'absence) de la mère de l'auteur. Un roman où il racontait aussi des souvenirs. Je croyais.

Je n'avais pas fait attention au texte suivant qui figure sur le site du Seuil : A partir de la mort de sa mère, l'écrivain visite l'histoire encore méconnue des Antilles, leurs genèses, leurs rituels, leurs modes de vie, remontant aux origines de l'humanité, retraçant l'étonnante créativité d'un peuple qui a inauguré ses mythes et ses combats dans le ventre du bateau négrier. Dialoguant avec sa sœur, dite "la Baronne", il évoque, avec tendresse, humour et profondeur, la poétique de tout un monde qui dépasse le cercle familial et nous initie à un bel art de vivre.

Et il y avait bien quelques souvenirs. Malheureusement (pour moi), perdus au milieu de réflexions (que j'appellerais) philosophiques auxquelles je n'ai pas compris grand chose. Si j'avais fait attention à ces quelques mots "Il évoque, avec (...) profondeur, la poétique...", j'aurais su à quoi m'en tenir. J'ai quand même lu tout le livre (365 pages), mais à part les souvenirs d'enfance, de Fort-de-France, et l'évocation de sa mère (en particulier, un passage qui m'a vraiment donné un coup au cœur), et de la Martinique et de son histoire, je n'ai pas su/pu l'apprécier.

Je ne regrette pas d'avoir lu ce roman, mais comme pour la poésie en général, j'y suis restée totalement hermétique.

Posté par Jackie Brown à 18:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 mai 2018

Mes photos préférées de la journée

Malgré la terrible actualité, j'ai un (tout petit) peu suivi le mariage de Harry et de Meghan (je suis fan de Suits).

369606

369643

369815

Gina-Torres-at-Royal-Wedding-2018-962099

 

Edit du 22 mai 2018 : Il y a des gift bags en vente sur eBay.

rw gift bag

Posté par Jackie Brown à 20:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mai 2018

Cielito Lindo (Mariachi Nuevo Jalisco)

Quelqu'un a eu l'excellente idée de créer une page GoFundMe pour donner une sérénade à l'abruti qui avait pété un câble en entendant les employés d'un restaurant new-yorkais parler espagnol et menacé d'appeler ICE. L'orchestre mariachi avait notamment joué cette chanson. Je l'offre moi aussi à Aaron.

Fiesta devant l'immeuble de l'avocat :

https://www.youtube.com/watch?v=5NZPPz4nm7Y

L'avocat dans ses œuvres :

https://www.facebook.com/eddiesuazo16/videos/1637928712991933/

Posté par Jackie Brown à 22:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,